StoriaHistoire

Media Partner

Histoire de la Bataille de Fleurs

La plupart des traditions populaires liées à la célébration des fêtes de saison viennent de l'ancien patrimoine culturel du monde agricole. Aucune exception à cette règle générale, y compris notre Bataille de Fleurs qui, bien que créé assez récemment, révèle, elle aussi,  l'appartenance aux événements qui s'identifient avec « l'Eveil de la Nature ».

Il y a plusieurs de milliers d'années, pendant la période néolithique,  la mort de la végétation au début de l'hiver et la renaissance miraculeuse de la nature au printemps, avait stimulé l'imagination des anciens agriculteurs méditerranéens et européens. C'était l'époque des premières récoltes qui suivaient les cycles saisonniers, et de la prise de conscience que le sort de la communauté dépendait de la générosité de la « terre mère » et des autres forces de la nature.

Il n'est donc pas surprenant que les rythmes saisonniers étaient célébrés par des cérémonies spéciales, qui invoquaient la «résurrection» du monde végétal, célébrant le semis et la récolte, ce qui soulignait l'interruption temporaire des habitudes avec la pause hivernale et son retour imminent. Bien que, déjà pendant le Carnaval, des carrosses et des petits chars décorés de fleurs, prenaient part aux festivités, les vraies batailles de fleurs avaient lieu à la mi-carême: ce qui représente un lien évident avec l'ancienne fête de l'éveil du printemps de la nature. En effet, pendant plusieurs de décennies, les célébrations du carnaval et les corsos fleuris restaient des manifestations séparées. A Vintimille, au contraire, la tradition restait constante et jouissait d'une large audience.

En 1829, Camillo Benso, le comte de Cavour, à l'époque lieutenant du corps du génie, est militaire à Vintimille. Dans ses lettres, on peut lire cette phrase: « Le carnaval est extrêmement brillant à Vintimille, on y lance des confettis et des fleurs ».


En regardant les photos de la Fête des Fleurs de 1909, l'influence carnavalesque des chars est encore très évidente. Ils sont en effet tous réalisés avec du papier mâché, avec des petites décorations florales. La fête du Carnaval se fusionne ensuite avec la fête de la Reine des Fleurs. Les premières voitures ornées de fleurs et les carrosses des « scapigliati », appelées  « scassigoti », apparaissent successivement.


Cependant, déjà depuis quelques années (plus précisément depuis 1903), à Sanremo on parlait explicitement de « Bataille des Fleurs ». Même à Vintimille, en 1903, avait lieu un corso de carnaval avec des chars décorés de fleurs. Le corso se tenait tous les deux ou trois ans, toujours le Mardi Gras. Dans la même année, le lancement de confettis de plâtre fut admis. A Bordighera, au début du XXe siècle,  pendant la mi-carême, avait lieu la « Bataille Fleurie »: il s'agissait de défilés de chars et de voitures avec des décorations florales.

Immédiatement après la première guerre mondiale, les Fêtes des Fleurs avaient repris dans la Riviera Italienne, comme on peut le voir d'après les chroniques de « L'Eco della Riviera ». Vintimille et San Remo ont été les premières villes à relancer l'événement en 1921. Mais les deux fêtes, dans les années suivantes, avaient pris des chemins différents. Tandis que Sanremo continuera à organiser des corsos avec des chars décorés de bouquets, Vintimille va s'évoluer jusqu'à la «Bataille » où les chars sont recouverts par des mosaïques entièrement réalisés avec les fleurs.

 

 Les années de 1925 à 1930 ont été des années sombres pour la floriculture de la Riviera, qui tout en se développant et se spécialisant, a dû faire face à une série d'hivers exceptionnellement froids, avec une réduction de la production.

Les fleurs manquaient, et par conséquence les corsos fleuris avaient été suspendus. Le 1930, c'est l'année du grand retour des « Batailles », qui avaient lieu à Vintimille, avec un grand défilé de 35 chars, à Bordighera, et à Vallecrosia. Sanremo avait introduit deux innovations qui ont ensuite été répétées à Vintimille: entre les deux chars, des jeunes en costume improvisaient des danses folkloriques; la chanson officielle, jouée par l'orchestre du Casino Municipal avait aussi été lancée.

A Vintimille, la chanson de la Bataille est devenue officielle en 1948, même si, depuis 1930, ont composait déjà une chanson par année. Depuis 1933, la Bataille de Fleurs de Vintimille s'était établie en permanence sur des corsos similaires dans d'autres villes côtières, mais se distinguait par l'élégance et l'art du mosaïque de fleurs, inexistant ailleurs. Interrompue en 1938 à cause de la Seconde Guerre Mondiale, la Bataille avait repris après la guerre. Suspendue encore en 1969 par décision de la politique locale, elle recommença en 1984 plus « fleurie » et excitante que jamais.

Au final, le secret, la force et l'esprit de la Bataille de Fleurs de Vintimille appartiennent au cœur de ses compatriotes, les natifs mais aussi les non originaires , qui ont démontré leur attachement à cette tradition, prêts à assumer le poids de l'organisation et la charge financière.

Aujourd'hui, comme hier, le réveil de la nature au printemps dans ce coin enchanté de la Riviera est célébré comme une « Fête de Mai » moderne, une célébration unique, joyeuse, colorée, un sincère hommage à la nature exubérante qui a voulu réserver ses dons précieux à notre territoire.


Enzo Bernardini e Dando Gnech


Extrait du livre " La Battaglia dei Fiori " de D. Gnech, E Miseria, R. Villa  Editore Alzani Arti Grafiche Pinerolo (1997)

Les photographies des éditions passées ont gentiment été accordées par PHOTO MARIANI de Ventimiglia.